Roméo
et Juliette
Prochainement
  • genre : Théâtre classique
  • durée : 1h15
  • lieu : théâtre la scène parisienne à paris
  • date : 9 décembre 2019 au 8 janvier 2020

« Des fatales entrailles de ces races rivales sont nées deux amoureux sous une mauvaise étoile ». Privilégiant la lutte de l’Homme face au Destin, à celle des Montaigu aux Capulet, l’adaptation s’axe sur la problématique de la fatalité : sommes-nous les jouets de la Fortune ou pouvons-nous avoir une emprise sur notre Destin ? Des artistes multidisciplinaires (violoncelle, guitare, accordéon, chant, danse, combat) s’emparent du mythe de Roméo et Juliette pour embarquer les spectateurs au cœur d’un foisonnement de passion où se côtoient grivoiserie et poésie, comédie et tragédie, réalisme et fantastique.

note d'intention de la metteur en scène

La mise en scène s’axe sur la problématique de la fatalité : sommes-nous les jouets de la Fortune ou pouvons-nous avoir une emprise sur notre Destin ? Le déterminisme est inscrit dans le ciel. Il y a un parallèle constant entre la passion de Roméo et Juliette, et le cosmos. Que peuvent les amants contre les étoiles ? Combattre la fatalité c’est combattre le temps. Tout arrive trop tôt ou trop tard. Le hasard semble se jouer ironiquement des desseins des hommes. Le tragique repose sur cette inadéquation entre les hommes et le temps, alors que ceux-ci ont la prétention de le maîtriser. La langue du texte alterne entre grivoiserie et poésie, comédie et tragédie, réalisme et fantastique. L’expression du corps souligne aussi ce jeu de contraste. Deux danses représentent de manière symétrique la nuit de noces et la mort des amants, l’union de l’amour et du macabre. L’absence de décor révèle l’importance des quelques accessoires : le linceul (métaphore filée de la vie), le poignard, le poison. A l’instar de statues, les personnages sont dessinés par les costumes et les lumières qui les révèlent et les contraignent. « C’est une belle nature mais bien sauvage, nulle bienséance, de la bassesse avec de la grandeur, de la bouffonnerie avec du terrible ; c’est le chaos de la tragédie dans lequel il y a cent traits de lumière », dit Voltaire au sujet de Shakespeare.

Adaptation bouleversante, toute de fougue et de passion.

L'Express

WILLIAM SHAKESPEARE

MANON MONTEL

XAVIER BERLIOZ

JEAN-BAPTISTE DES BOSCS

CLAIRE FAUROT

MANON MONTEL

LÉO PAGET

THOMAS WILLAIME

MANON MONTEL

Assist. ARMANCE GALPIN

ARNAUD BARRÉ

MADELEINE LHOPITALLIER

Raphaël SANCHEZ

Compagnie CHOUCHENKO

Coq Héron Productions